J'ai couru un 5K : Strawberry Stampede, Arroyo Grande

C'était pas au programme. Vous le savez, moi, c'est : choix de course méticuleux/préparation du training plan/entrainement/course. Et puis, long week-end de 3 jours passé avec Cathryn et sa famille. Une petite course locale, pas loin. Je me suis retrouvée à courir un 5K.

Bien sûr, tergiversations diverses et variées, il y a eu. Ces dernières semaines, j'étais loin d'être dans une mood de compétitrice. Ca n'a pas arrêté : "Je cours ? Je cours pas ? Je fais le 10K ? Le 5K ? J'suis pas du tout entraînée pour de la vitesse. J'ai pas envie de m'arracher la tête. C'est quand même cool une ambiance de course."... Puis, BOUM, idée géniale : je vais pacer sur le 10K !!

Hop là, motivation retrouvée, backflip de la joie, sprint vers ma target : le playboy (j'avais choisi Cathryn mais elle voulait courir le 5K). Je lui ai exposé l'idée. On s'est regardé... et ça m'a calmé direct. L'absurdité de la chose m'est montée au cerveau : question de paix des ménages. Ca aurait donné ça : un playboy qui court, une Marjolaine qui le pousse à accélérer, un playboy qui en fait à sa tête, une Marjolaine qui insiste, un playboy qui bougonne, une Marjolaine qui râle aussi, du coup, et qui finit par sprinter, abandonnant le playboy. Mauvaise idée.

Finalement, pas de course pour le playboy qui souffrait d'une douleur dans la cheville. Petit niveau de forme, de mon côté, je ne voulais pas racer un 10K. J'ai choisi de courir le 5K, en tant que session vitesse. Je ne voulais pas de pression. Aucune réelle référence sur la distance. J'avais couru un seul et unique 5K, en 2011, à NYC. 2e course de ma vie. J'veux dire, ça compte pas vraiment, si ? Allez, pour se rappeler le bon vieux temps, j'avais raconté ça, ici.

Revenons en 2015, dimanche 24 Mai, à Arroyo Grande, Californie, pour le Strawberry Stampede. Nous ne sommes pas arrivés en avance, sur le lieu de la course. Cathryn partait pour arracher son record sur le 5K. Son petit bout de 5 ans, coureur récidiviste de 5K, allait ajouter une course à son palmarès, aidé par son triathlète de papa. Et le playboy allait se transformer en cheerleader.

Beaucoup de monde pour retirer les dossards. Le 10K partait 5 min avant le 5K. Nous n'avions pas encore nos dossards que le 10K était lancé. On n'a pas eu trop le temps de se retourner. J'ai proposé un warm up de 30s à Cathryn... qui venait de se tordre légèrement la cheville. Oups...

J'ai tenté un mini aller-retour, dans la cohue des départs. J'ai pas insisté. Pas de warm-up, tant pis. J'avais perdu Cathryn et ses hommes. J'ai fait de mon mieux pour m'avancer un peu vers la ligne car j'étais entourée d'enfants et de poussettes. Puis, sans crier gare, un boum et ça a avancé. C'était tellement pas annoncé que je me suis demandée si ce n'était pas un faux départ. Mais non, c'était parti.

Tant bien que mal, je suis arrivée à passer la ligne de départ et j'ai sprinté pour m'extirper des coureurs plus lents que moi. Je n'avais pas l'intention de foncer comme une dératée mais je voulais quand même me décrasser un peu.

Tout ce que je savais de la course : un aller-retour. Pour le coup, j'étais assez contente car j'allais pouvoir encourager Cathryn et son petit bonhomme. J'avais assumé que le parcours était plat. J'veux dire, on court un 5K pour faire de la vitesse, non ? Le matin, Cathryn m'avait prévenu que ce n'était pas tout à fait le cas : globalement uphill sur la 1ère moitié et donc downhill sur le retour.

Ca changeait rien à mon idée de départ : courir vite mais sans trop, avant le demi-tour, et accélérer si possible et si envie, sur la 2e partie.

Virages dans des rues résidentielles, puis route dégagée... clairement en montée. Bien. Je faisais mon bonhomme de chemin. J'ai vu les premiers mecs, dans l'autre sens. J'ai noté un mec et une fille, pas très loin devant moi. Un peu plus loin, un homme avec une petite fille qui courait à ses côtés. J'ai pensé que c'était trop chou que sa fille soit venue l'encourager et ait décidé de courir un peu avec lui (à vive allure, en plus de ça).

J'ai noté que le duo juste devant moi était à ma portée. Le demi-tour arrivant, j'allais me bouger un peu les fesses et les dépasser sur le retour. Dans l'autre sens, j'ai découvert avec surprise que la jeune fille que je pensais supportrice de son papa portait un dossard. Pas plus haute que 3 pommes, regard déterminé, vive allure ET première femme. Whaou !

J'ai fait mon demi-tour tout en me demandant si cette petite prodige était une habituée des courses, si elle courait en club, si elle allait tenir la vitesse tout le long (et quand bien même, aller aussi vite sur 2.5 km, c'était déjà énorme, aussi jeune).

J'avais rattrapé le duo qui était entre moi et la jeune coureuse. J'ai d'abord pensé rester derrière eux, au chaud, histoire de ne pas m'obliger à pousser comme une folle, si un des 2 décidait de suivre. Finalement, voir cette petite miss, devant, avait éveillé mon intérêt pour cette course. Je n'allais pas rester au chaud. J'allais accélérer pour tenter d'aller voir ce qu'elle trafiquait, devant.

Je scannais les coureurs, dans l'autre sens. J'ai juste vu Cathryn, du coin de l'oeil. J'ai aperçu son mari... mais pas son petit bonhomme.

Petit à petit, j'ai diminué l'écart. J'peux vous dire, elle n'avait définitivement pas ralenti. J'ai dû accélérer, et bien, pour la talonner. J'avais toujours en tête qu'elle allait finir par ralentir. Je m'imaginais me mettre à sa hauteur et l'encourager pour terminer la course qu'elle méritait largement de gagner. Mais c'est qu'elle n'a JAMAIS ralenti, les gars ! Elle m'a senti derrière et elle n'a rien lâché.

J'ai trouvé ça super amusant. Les spectateurs étaient aussi bluffés que moi. J'en ai entendu une demander à sa voisine : "Tu crois que c'est sa fille ?". Ca m'a rendu trop fière. Je l'adopte, moi, pas de problème !

(Such a beauty! J'ai failli censurer. Et puis, depuis quand je vous fais croire qu'on ressemble à un top model en courant ? Pas de ça, chez moi. Surtout, vous avez vu le mec qui essayait de me griller ? Je l'avais même pas capté !)

On a franchi la ligne d'arrivée à quelques secondes d'intervalle. Je l'ai chaleureusement félicitée. C'était une petite fille toute simple, juste contente d'avoir couru et gagné la course, par dessus le marché. Je précise que, même si je ne l'aurais jamais dépassé pour franchir la ligne d'arrivée avant elle, je n'ai pas eu à la laisser gagner. Je n'aurais PAS pu la dépasser.

Je suis retournée près du playboy pour attendre Cathryn. Ils sont arrivés, en famille. Top ! Comme moi, ils ont été surpris par le départ non annoncé. Cathryn a donc commencé la course avec le petit. Quand son mari les a rejoint, il était trop tard pour la courir réellement. Ils ont donc profité de la course, tous les 3.

Je remercie la future championne de course à pied (qui n'avait que 10 ans) pour cette séance de vitesse. Il est certain que c'est elle qui m'a poussée. J'ai fait un magnifique negative split (accélération sur toute la course). Je ne savais même pas que je pouvais tenir l'allure de mon dernier mile.

3.2 miles (un peu plus de 5K), 19:53, à ma montre / 5K, 19:58, temps officiel - 2e femme / 1ère age group / 14e sur 290


Une séance de vitesse beaucoup plus rapide que prévu, mais, maintenant, j'ai un temps sur 5K. Je peux prendre ma retraite et laisser la place aux jeunes ! J'ai retenu le nom de la miss. Si à 10 ans, elle court un 5K en moins de 20 minutes, qu'est-ce que ça peut donner plus tard ?!


Plus d'infos sur la course : Strawberry Stampede
La recap de Cathryn : Race Recap: The Strawberry Stampede 5k


Ce serait sympa qu'on soit un peu plus nombreux par ici : chaîne YouTube. Abonnez vous !

Et n'oubliez pas de me suivre sur Instagram, Facebook, Pinterest et Hellocoton.

Prochaines courses

  • NONE

Miles / km

  • 1 mile = 1.6 km / 1 km = 0.6 mile
  • 5K = 3.1 miles
  • 10K = 6.2 miles
  • half marathon = 13.1 miles = 21.1 km
  • marathon = 26.2 miles = 42.2 km